Retour

Un visible Théo

La Main Gauche

afficheunvisibleDe Renaud Le Bas
Mise en scène : Frédéric Andrau
Assistant : Damien Bricoteaux
Comédiens : Renaud Le Bas et Valérie Gabriel
Lumières : Yvan Mathis

C’est la première journée d’école de Théo. Ses parents sont un peu angoissés, voire totalement fébriles face à cet événement. Théo est un enfant handicapé de 7 ans et, depuis 7 ans, ses parents ne se sont plus jamais retrouvés seuls. Ils n’ont qu’une journée de classe pour rattraper leur retard, pour apaiser leur colère et faire le deuil de l’enfant normal. C’est ce va et vient que nous suivons, entre identification et distance avec ce couple. Parfois en toute complicité, parfois en témoin, mais toujours dans l’humour du quotidien, de la simplicité de la vie.

Co-production La Main Gauche, Les 4 Saisons du Revest et Fontenay en scènes / Fontenay-sous-Bois.
En partenariat avec l’APEI les papillons blancs, l’URAPEI du Val de marne, l’association « Loisir Pluriel » et les éditions Autrement.

Presse

Politis, par Gilles Costaz
«Frédéric Andrau avait été le bouleversant interprète de 107 ans, la pièce de Diastème sur un adolescent malade d’amour jusqu’à la folie. On le retrouve comme metteur en scène d’Un visible Théo de Renaud Le Bas, qui traite d’un autre drame humain mais partage avec l’œuvre précédente une même volonté de regarder les autres au-delà des préjugés. (…) Sa mise en scène dessine les hauts et les bas, les variations claires ou obscures du couple, n’hésite pas à faire rire des petitesses fugaces des personnages. Le spectacle, avec sa modestie ambitieuse, entrouve une fenêtre en nous-mêmes.»

Le Monde, par Sandrine Blanchart
«Il aura fallu presque six ans pour que Renaud Le Bas trouve la force et l’énergie d’écrire sur le handicap. Il livre sans misérabilisme ni angélisme le retentissement de l’arrivée d’un enfant handicapé sur la vie du couple.»

Pariscope, ‘‘le coup de cœur’’, par Marie-Céline Nivière
«Dans une très belle mise en scène de Frédéric Andrau, Valérie Gabriel et Renaud Le Bas nous ont ému par leur interprétation sensible et délicate. Quant à Théo, il est bien là, quelque part dans le regard de ses parents, juste à côté de nous, les spectateurs. Merci…»

20 minutes par Charlotte Lipinska
«Finement dirigés, les comédiens se déchirent avec talent tout en s’adressant à celui qui électrise leur exaspération, un Théo absente de la scène, mais centre d’attention permanente.»

A Nous Paris, par Myriem Hajoui
«Loin de toute pesanteur démonstrative, la mise en scène millimétrée de Frédéric Andrau s’attache à d’infimes détails suggérant un couloir ou l’embrasure d’une porte. Le spectateur a ainsi l’impression que l’histoire est en train de vivre sous ses yeux et d’être à la place de Théo, invisible mais quelque part au milieu du public. Pour réussir cela, il fallait un joli sens de la mesure et des comédiens en parfaite harmonie. Vacillants d’hystérie fatiguée, Renaud Le Bas et Valérie Gabriel portent le récit à bout de souffle.»

attaché de presse : Jean-Philippe Rigault