Retour

Les Justes

La Main Gauche

lesjustesDe Albert Camus
Mise en scène : Diastème
Comédiens : Frédéric Andrau, Jeanne Rosa, Linh-Dan Pham, Renaud Le Bas, Jean-Edouard Bodziak, Julien Honoré, Bertrand Combe, Damien Bricoteaux et Mathieu Morelle.
Lumières : Stéphane Baquet
Décor : Cécille & Georges
Costumes : Frédéric Cambier
Sons : Thomas Lefèvre

 

“En février 1905, un groupe de terroristes, appartenant au parti socialiste révolutionnaire, organise un attentat à la bombe contre le grand-duc Serge…” Thriller implacable, Les Justes parle de terrorisme, de justice, d’idéal et surtout d’amour. Cette pièce exalte ce qu’il y a de plus beau et complexe chez un être humain, son désir de rendre le monde meilleur et d’aimer son prochain, par-delà les souffrances, la folie et le sacrifice.

 

Co-réalisation Théâtre du Chêne Noir. Une co-production Fontenay-en-Scènes / Fontenay-sous-Bois.
Parrainé par le Chateau de Christin (www.chateaudechristin.fr).
Avec le soutien de l’ADAMI, et du FIJAD (DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur).
Avec la participation du Théâtre de la Méditerranée et du Théâtre Le Nickel / Rambouillet.
Diffusé et soutenu par Atelier Théâtre Actuel.

Presse

La Croix, Portrait de Diastème par Bruno Rouvet
«Cet amoureux du travail de troupe dirige avec une grande sensibilité ses comédiens, s’attachant plus au tiraillements intimes du groupe de révolutionnaires qu’a la dimension politique du texte.
Le spectacle permet de retrouver Frédéric Andrau -son excellent acteur fétiche -, Jeanne Rosa et Linh-Dan Pham.»

Le Figaro, par Nathalie Simon
«Le Théâtre du Chêne Noir fait salle comble avec Les Justes de Camus, revisité avec une sensibilité à fleur de peau par Diastème.»

Politis, par Gilles Costaz
« La pièce, où un révolutionnire commet un attentat et se trouve ensuite confronté aux manipulations du pouvoir, se déroule sans faux-fuyants, dans un climat limpide et grave. Avec un très bel acteur, Frédéric Andrau, dans le rôle principal, et d’excellents partenaires comme Jeanne ROsa, Renaud Le Bas, Julien Honoté et Mathieu Morelle.»

Télérama, par Fabienne Pascaud
« Jeanne Rosa et Frédéric Andrau composent un couple d’amoureaux militants joliment romantiques dans Les Justes.»

La Tribune.fr, par Jean-Pierre Bricoure
« Allez voir Les Justes d’Albert Camus dans une mise en scène de Diastème.»

Première avec pariscope, par Pierre François
« Les Justes dans la salle confortable et comble du théâtre du Chêne noir, est une pièce qui se laisse entendre autant que voir, avec un réel plaisir. (…) Le texte, excepttionnel de concision philosophique et de justesse verbale, est très bien servi par des comédiens  qui ont su rendre chacun de leur personnages à la fois différents et semblables aux autres. Entre l’illuminé Stéphan, le solitaire Boria, le raisonnable Alexis et l’assuré Yanek, on sent à la fois l’unité profonde et les divergences dues aux personnalités.»

attaché de presse : Jean-Philippe Rigault